Blog


Comment se passe un reportage d’accouchement?

20 mars 2019

Après mon dernier article qui vous exposait les raisons pour lesquelles faire appel à un photographe professionnel pour votre accouchement était une excellente idée, j’avais envie de vous en dire un peu plus sur comment cela se passe en pratique.

 

Rencontres préalables

 

Il est primordial qu’une relation de confiance s’établisse avec les parents, je les rencontre donc minimum à deux reprises avant le Jour J, cela permet de faire connaissance, de parler du projet de naissance, de poser toutes les questions qui taraudent et de verbaliser les données importantes pour chacun. 

Tant les parents que moi-même devons être suffisamment à l’aise pour partager ce moment d’intimité sans crispation, chacun d’entre nous doit se sentir libre de dire ses limites, ses peurs. Je parle aussi des contraintes techniques de la photographie d’accouchement (lumière, espace, temps, …) qui me permettront de travailler sereinement le moment venu. 

En outre, je prends contact avec la sage-femme, pour la prévenir de ma présence et lui expliquer ma manière de travailler. La sage-femme occupe un rôle extrêmement important, et ma priorité est de ne jamais la gêner lors de son travail. Il faut qu’elle ait à tout moment la voie complètement libre pour intervenir si besoin, sans me trouver « dans ses pieds ». 

 

Confidentialité

 

Il va de soi que je ne diffuserai aucune information et ne publierai aucune photo sans votre autorisation expresse. 

Les témoignages et les photos que vous pouvez découvrir sur mon site et sur les réseaux sociaux ont fait l’objet d’un accord des parents, après discussion. 

Alors, évidemment, cela me fait énormément plaisir que vous acceptiez que quelques photos soient diffusées et que vous preniez le temps de m’envoyer un petit témoignage. Cela permet de me faire connaitre, de montrer mon travail.

Mais cela ne se fera jamais au détriment du respect de votre intimité. Nous en discuterons, nous échangerons à ce sujet, et je respecterai votre décision. 

 

Le reportage en pratique

 

Le jour J, je vous demanderai de me prévenir au tout début du travail. Cela me permettra d’arriver avant que tout ne s’accélère, de prendre mes marques, de me fondre dans le décor, tout doucement. 

Entre la 37 ème et la 41 ème semaine, je me tiens à votre disposition 24H sur 24. Cela signifie concrètement que mon portable est allumé même la nuit, et toujours à proximité directe, que je ne pars pas en week-end et que je ne bois pas d’alcool pendant cette période.

Même si je suis présente au début du travail, vous aurez le loisir de choisir si vous souhaitez que je reste présente dans la pièce où vous vous trouverez ou si vous préférez que je n’entre que ponctuellement, pour prendre quelques clichés. C’est vous qui dictez le rythme de mes déplacements. 

Après la naissance, je prendrai le temps de faire des clichés du peau à peau, de la pesée du bébé, de la rencontre avec le papa, de la première tétée.

Il n’y a pas de nombre d’heures maximal à ma prestation. 

Pendant tout le temps de ma présence chez vous, ma première préoccupation sera de me faire oublier. J’enlève mes chaussures, je marche sur la pointe des pieds, je réfléchis chacun de mes déplacements et de mes déclenchements, mon but est que vous finissiez par oublier ma présence. 

Les valeurs que je défends dans mon travail sont exprimées à merveille dans le témoignage de Mathilde, pour qui j’ai réalisé un reportage d’accouchement, une naissance magique à laquelle a assisté son fils ainé. 

« Aimé est notre 3 ème enfant. Peut être le dernier…alors ça m’a tout de suite paru important de garder des souvenirs en photo de sa naissance. Quand Delphine est entrée chez nous, j’étais déjà bien avancée dans le travail. Elle a tout de suite trouvé sa place avec beaucoup de douceur, d’empathie et de discrétion. 

Quand je regarde les photos, je me demande comment elle a su prendre tant de photos et d’aussi près alors que je ne la voyais pas. 

Je suis très reconnaissante de ce si beau travail, car à chaque fois que je regarde ses photos, je ressens, comme si j’y étais encore, la puissance et l’amour de cette belle nuit d’hiver. »

Si vous vous posez d’autres questions à propos des reportages d’accouchement où que vous souhaitez me rencontrer dans le cadre de votre projet de naissance, n’hésitez pas à me contacter et à aller lire l’article consacré à mon travail paru sur le site de Femmes d’Aujourd’hui.

Zèbrement vôtre, 

Delphine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *